Sécurité alimentaire dans le contexte du COVID-19

AlexSandra Fournier / Chargée de projet en sécurité alimentaire chez VertCité

27 mars 2020

Magasin partage de Noël de Saint-Laurent 2019

Dans un contexte d’état d’urgence sanitaire dû au COVID-19 sur tout le territoire du Québec, la quarantaine, le confinement volontaire et la distanciation sociale sont des mesures pour réduire la propagation du virus, par contre elles fragilisent notre système alimentaire actuel surtout pour le cas des banques alimentaires qui font face à d’importants défis pour soutenir la demande.  

Le Bilan Faim (2019) a dressé l’état de la situation de la faim au Québec : malgré des conditions économiques favorables dans la province du Québec, les besoins d’aide alimentaire se font toujours sentir et sont grandissants. On compte près de 1,9 million de demandes d’aide alimentaires, c’est-à-dire près de 500 000 personnes aidées chaque mois.1

Dans la situation actuelle, où commerces, entreprises, restaurants, organismes communautaires, pigistes, travailleurs.euses autonomes, etc, voient leurs activités diminuées ou complément s’arrêter pour une période indéterminée, ceci peut représenter pour certains.es une situation d’instabilité financière, malgré les mesures d’aide financière du Gouvernement du Québec. Le taux de précarité risque d’augmenter dans les prochaines semaines et par conséquent engendrera une hausse des demandes d’aide alimentaire au Québec. 

Les banques alimentaires sont un besoin essentiel surtout dans le contexte actuel, toutefois elles font face à d’importants défis logistiques ; un manque accru de bénévoles pour la distribution des denrées alimentaires ainsi qu’une baisse des dons de denrées offerts par les supermarchés causés par l’augmentation de la demande que font eux-même face. De plus, plusieurs organismes communautaires oeuvrant dans la préparation de plats cuisinés dédiés aux populations précaires ont dû s’adapter rapidement et repenser leur logistique de préparation et de livraison. Certains organismes se sont vu obligés de complètement suspendre leur transformation alimentaire due à la fermeture des lieux où se situent les espaces de cuisine, tandis que certains ont dû diminuer leur production pour respecter les normes sanitaires de distanciation sociale. Cependant, l’augmentation de la demande, la diminution des ressources bénévoles et la complexité logistique de livraison pour subvenir aux commandes rendent les tâches ardues.   

Face à ces défis, à des populations précaires de plus en plus isolées et à un manque des ressources humaines pour répondre efficacement à cette crise sanitaire, quelles sont les solutions ? Comment pouvons-nous adapter nos pratiques pour rejoindre les populations les plus précaires ? La clé de la réussite serait-elle simplement d’être plus solidaire face à notre communauté, voisinage et de mutualiser nos efforts ? 

Le Québec a besoin du sens des responsabilités et de solidarité pour maintenir les services communautaires fondamentaux. 

Vous désirez vous impliquer, visitez jebenevole.ca.

1«Rapport annuel 2018-2019», Les Banques alimentaires du Québec, 2019, p.2.


Leave a Reply

Your email address will not be published.